Qui mène une vie de château?

Publié le 16 novembre 2014
Le 5 novembre au Château Frontenac. Photo: courtoisie
Le 5 novembre au Château Frontenac. Photo: courtoisie

Par Lynda Forgues

Une conférence des responsables du logement du Canada et du Québec se déroulait au Château Frontenac de Québec, le 5 novembre dernier. À l’invitation du FRAPRU, plus de 70 personnes se sont rendues sur l’heure du midi avec des casseroles pour leur rappeler que la vie de bien des locataires n’est pas une vie de château.

La fin des subventions aux logements sociaux par le gouvernement fédéral va mettre en danger, dès 2015, des milliers de coops dont plusieurs situées à Québec même. Les subventions fédérales directes servent à l’aide financière aux locataires à très faible revenu qui occupent entre 15 % et 50 % des appartements coopératifs.

De plus, le Québec reçoit présentement 333 millions $ par an d’Ottawa pour d’autres logements sociaux, les HLM notamment, et des logements subventionnés qui sont à l’usage exclusif des ménages pauvres.

Une des craintes du FRAPRU

Une des craintes du Front populaire en réaménagement urbain ? Avec le désengagement fédéral, le gouvernement québécois en cette période d’austérité où il coupe chez les plus démunis, va sans doute chercher à réduire sa facture en haussant les loyers des logements sociaux, et en les privatisant. François Saillant le rappelle : « le gouvernement fédéral a une responsabilité à l’égard des [locataires pauvres] au Québec, qui doivent, mois après mois, payer plus de la moitié de leur revenu en loyer, souvent pour demeurer dans des logements de mauvaise qualité, trop petits pour la taille de leur famille ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité