Un budget d’austérité qui cache son nom

Publié le 14 juin 2014

Par Pierre Mouterde

C’est au Centre de foire de Québec, le mercredi 4 juin, juste avant l’annonce du budget du nouveau ministre des finances Carlos Leitao : ils sont tous là, experts cravatés du ministère des Finances, journalistes, représentants des milieux sociaux et syndicaux; 200 à 300 personnes environ, avec armes et bagages, portables, caméras, enregistreuses, studios de campagne, à l’exception cependant des téléphones cellulaires qu’on leur a confisqués à l’entrée, huis clos oblige.

Fabrication du consensus médiatique

En fait, c’est là entre 9 heures et 16 heures, qu’est en train de se fabriquer le consensus politico-médiatique à partir duquel sera interprété le premier budget du gouvernement Couillard. Le tout au travers d’un fragile équilibre à trouver entre journalistes séniors, membres du gouvernement et représentants de l’opposition, tant sociale que politique. Et ils sont tous un peu sur les dents, à faire du P.R,. ou à consulter leurs documents, à peaufiner leurs questions, à penser à leurs papiers du jour ou à leurs communiqués. Avec des centaines de pages à consulter, des colonnes de chiffres à vérifier. Une vraie ruche…

Un piège pour les oppositions

Un peu avant, à la pause repas, c’est au tour de quelques représentants du milieu communautaire de se retrouver (Frapru, Mepac, Coalition pour la justice sociale, Collectif pour un Québec sans pauvreté, etc.), pour faire le point, réfléchir à la façon d’avoir du poids dans tout cela, à la teneur des communiqués qu’il faudra publier. Et ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Car tel que présenté, le budget est une vraie savonnette, plus encore une sorte de miroir aux alouettes, en tous points trompeur. Comme dit l’un d’eux : « ils proposent même un débat sur la fiscalité, débat que nous demandons depuis si longtemps » et puis un autre rajoute : « ils envisagent la possibilité d’aider les personnes vulnérables à payer leur tarif d’électricité déjà haussé par le Parti Québécois ». En termes de logement social, rajoute un troisième, c’est quasiment le statu quo. Et pourtant tout le monde voit bien, comment ce budget est une vraie machine de guerre contre les plus démunis et les salariés de la fonction publique.

À midi tapant, c’est le ministre Leitao qui brise la glace : « C’est un budget sérieux (…) car la situation est sérieuse ». Mais c’est son compère du Conseil du trésor, Martin Coiteux, l’idéologue néolibéral qui laisse voir la portée réelle de l’opération en cours : « il y a déficit structurel, (…) Les dépenses augmentent plus vite que les revenus. Cette situation ne peut perdurer. (…) le moment est venu de prendre des décisions difficiles ». Suivent 45 minutes de questions où quelques journalistes de renom montent au créneau pour pointer le doigt là où, à l’évidence, le bât blesse : la baisse des investissements publics promis pour relancer l’économie; le contrôle draconien du niveau des effectifs de la fonction publique, l’augmentation en douce de certaines taxes.

Puis, c’est au tour des représentants de l’opposition de donner leur verdict devant une assistance de plus en plus distraite : alors que le PQ insiste sur « les promesses brisées » et que la CAQ se félicite que le gouvernement l’ait « copiée », seul Québec solidaire cherche à s’en prendre à l’ensemble de la démarche : « c’est le budget de l’austérité permanente » et « seule l’économie privée » est prise en compte comme « génératrice d’emplois ». Mais il n’y a déjà plus personne qui écoute…

C’est là le drame : le budget a été présenté de telle manière qu’il ne heurte pas de plein fouet l’establishment médiatico- politique, en s’arrangeant pour que jamais ne soit discutée la soi-disant nécessité d’un déficit zéro en 3 ans. Une fois acceptée cette prémisse, à la manière d’une véritable camisole de force qu’on vous a imposée, tout le reste ne peut que suivre. Et si, à l’évidence, il y avait beaucoup de sceptiques parmi les journalistes, ce n’était pas pour dénoncer la démarche entreprise, mais plutôt pour douter de son efficacité. De quoi mesurer à quel point les groupes populaires et communautaires ont tout un chemin à parcourir avant de pouvoir véritablement se faire entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité