Rentrée en arts visuels. Ça arrive près de chez vous

Publié le 10 septembre 2013

Par Michaël Lachance

4

Cet automne, dans le milieu de l’art de Québec, se rencontrent des artistes dans des expositions réparties un peu partout dans les galeries, centres d’arts et institutions de la Capitale. Proposons donc quelques incontournables pour cette rentrée on ne peut plus foisonnante. Notons que ces expositions sont toutes gratuites, à l’exception de celle du Musée.

La Galerie des arts visuels de l’Université Laval, située dans l’édifice de la Fabrique, propose du 12 septembre au 13 octobre, « Vecteurs et embranchements » du sculpteur Jacques Samson. Bien connu du milieu de l’art de Québec, cet artiste aux talents multiples vous convie à son vernissage, le jeudi 12 septembre à 17h. La Galerie Michel Guimont, sise dans le Vieux-Port de Québec, propose du 19 septembre au 20 octobre, l’exposition « New York » du peintre de Québec Paul Hunter. Un artiste au curriculum bien fourni, qui a passé les 30 dernières années à New York. Le vernissage a lieu le jeudi 19 septembre à 17h. Par ailleurs, La nuit des galeries, le 21 septembre, est un événement annuel dans le Vieux-Port et à la Place-Royale où les visiteurs sont invités à faire une promenade dans le Vieux-Québec en visitant les galeries d’art. Cette année, la présidence d’honneur a été confiée au maire de Québec, Régis Labeaume. L’artiste Paul Hunter sera présent à la galerie Michel Guimont pour discuter de son travail. L’activité est entièrement gratuite et a pour objectif de faire découvrir aux gens de Québec les galeries du Vieux.

Le Lieu a 30 ans

Les membres du centre d’art autogéré ont soufflé leurs 30 bougies récemment. Situé sur la rue Dupont, dans le quartier Saint-Roch, ils nous invitent à découvrir la nouvelle installation du collectif Cédule 40. Du 5 au 29 septembre, les membres originaires du Saguenay, présentent l’installation nommée « Château ». Le Lieu invite tout un chacun à apprécier l’installation in situ du collectif, décrite ainsi : « L’œuvre s’amuse de certains opposés fondamentaux, d’une part le principe de solidité qui émane du mur, du château bâti pour la protection et s’élevant avec autorité et domination, et d’autre part, l’idée de la fragilité du sable, mouvant et volatile. » Un projet porteur de sens…

À la galerie Lacerte, la rentrée est prometteuse avec l’artiste juif né en Russie, Leopold Ploteck. Comme l’a déjà écrit René Viau à propos de l’artiste : « peintre « cultivé », Leopold Plotek prend comme point de départ un récit mythologique, une anecdote, un épisode tiré de ses lectures. Ou encore, il s’inspire de ce qu’il a vécu. Leopold Plotek est né à Moscou en 1948. Il est le fils d’un couple de diplomates polonais. En 1960, tout jeune, il a dû émigrer au Canada, où ses parents ont demandé le statut de réfugié politique. Ses œuvres portent la trace de ce poids de l’histoire. » Le vernissage a lieu le samedi 14 septembre dès 13h en présence de l’artiste.

À L’Oeil de poisson

Au complexe Méduse, L’OEil de poisson nous propose deux excellentes expositions à ne pas manquer. Dans la grande galerie, l’artiste Paryse Martin présente, du 6 septembre au 6 octobre, « Histoires Lacrymogènes ». De « nombreuses pièces sculpturales se dressent majestueusement dans un système ouvert, dont l’interprétation se veut polysémique. Ses « histoires lacrymogènes » font dialoguer des bêtes étranges mêlant les « bons » et les «méchants » de nos histoires d’enfant dont l’étrange beauté ne peut que réveiller l’imaginaire ». Dans la petite galerie, du 6 septembre au 6 octobre, cette fois, c’est l’artiste Josée Landry Sirois qui propose « Débris d’impression ». L’artiste « collectionne des traces du temps passé : papiers de bonbons, gommes mâchées, allumettes craquées, mèches de cheveux d’amis proches, etc. Ces accumulations de souvenirs deviennent parfois œuvres d’art, couplant sa pratique artistique à sa vie personnelle. La trace, le reliquat, le souvenir et la finitude sont des thèmes récurrents chez Josée Landry Sirois. Abordés de manière très personnelle, ces questionnements ont une résonance universelle. »

De Cézanne à Picasso à Québec

Le Musée d’art moderne de New York (MoMA) prête une partie importante de sa collection au Musée des beaux-arts du Québec. Du 11 octobre jusqu’au 16 février 2014, vous aurez la chance de côtoyer les plus grands noms de la peinture française, dont Degas, Toulouse- Lautrec et Matisse, pour ne nommer qu’eux. L’exposition La collection William S. Paley. Un gout pour l’art moderne, réunit plus de 62 tableaux, sculptures et œuvres graphiques dressant un superbe panorama de la peinture française impressionniste et postimpressionniste, de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle. Pour ceux qui n’ont pas tous les jours la chance de fréquenter les plus grands musées du monde, cette occasion est à saisir pour apprécier les grands noms de l’art, une expérience unique à Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité