L’histoire se répète: Le mouvement Holiday Out

Publié le 21 décembre 2012

theatre-euh-1974

Par Marc Boutin

Avec la tour de la CSQ, la Ville de Québec s’apprête à faire la même erreur à la Place-Jacques-Cartier qu’elle a faite en 1972 avec le Holiday Inn devant l’église Saint-Roch : offrir au privé un espace manifestement destiné à une utilité publique.  À l’époque, un mouvement appelé «Holiday Out», initiative du Comité des citoyens de l’Aire-10 (Saint-Roch) et appuyé par l’École d’architecture et son directeur d’alors, Joe Baker, avait tout fait – manifs, conférences de presse, pièce de théâtre* et contre-projet** – pour s’opposer à cette bêtise architecturale, contresens urbanistique, devenue aujourd’hui cet hôtel si bêtement nommé, le Tryp Pur.

L’administration Lamontagne, tout aussi obtuse et proche des promoteurs que l’est aujourd’hui l’administration  Labeaume, avait alors méprisé le mouvement d’opposition, tout comme le maire Labeaume méprise aujourd’hui le Comité citoyen de Saint-Roch.

Pourtant, ce mouvement d’opposition avait bien raison. On le voit aujourd’hui avec ces 16 étages de béton sans âme qui bloquent la vue sur l’église et divisent en deux sections réduites ce qui aurait dû devenir, entre l’église et la bibliothèque, la grande place publique de Saint-Roch.

 

* La pièce «1,2,3… vendue », une création du Théâtre Euh! de Québec, a été jouée en première au sous-sol de l’église Saint-Roch en 1974 devant une salle comble de citoyens survoltés.

 

** On voulait alors placer ce chef d’œuvre de béton qu’était le Holiday Inn au bord d’une rivière Saint-Charles aux rives elles-mêmes fraîchement bétonnées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité